Un client du Cabinet a été rattrapé par son passé judiciaire.

Un jugement prononcé en janvier 2014, dont il n‘avait pas eu connaissance, l’empêchait aujourd’hui d’exercer son activité professionnelle dans une salle de sport en raison de cette condamnation à son casier judiciaire.

Maître Benoit a fait opposition à ce jugement et a réussi à convaincre le juge que, compte tenu de l’ancienneté des faits et des éléments de personnalité présentés à la barre, il fallait préserver le bulletin N°2 du casier judiciaire de son client.

Le Tribunal a fait droit à cette demande, ce qui permet à l’intéressé de poursuivre sa passion et de gérer sa salle de sport.

Quand vous avez une problématique professionnelle et que vous devez garder un casier vierge, dans la perspective du procès pénal, n’hésitez pas à solliciter stratem et Maître BENOIT.

Consulter le jugement : casier judiciaire